Vous êtes ici : accueil / le groupe / déclaration du groupe

Déclaration du Groupe UDI-UC

Le sénat

 

DECLARATION POLITIQUE DU GROUPE UDI-UC 

A l’issue du renouvellement du 28 septembre 2014, les sénateurs du groupe UDI-UC sont passés de 32 à 43. Ils sont issus de France métropolitaine, d’outre-mer, et des Français de l’étranger. 13 sont des femmes, ce qui en fait l’un des groupes les plus paritaires du Parlement.

Avec cette progression et l’arrivée de 15 nouveaux élus, le groupe UDI-UC apparaît comme un grand contributeur du renouvellement sénatorial. Il ne peut naturellement que s’en réjouir.

Mais il souhaite aussi et surtout en tirer tous les enseignements.

En renouvelant le Sénat, les grands électeurs ont manifesté leur rejet de la politique gouvernementale et, comme les Français l’avaient déjà fait quelques mois plus tôt à l’occasion des élections municipales et européennes, ils ont exprimé leur souhait d’un nouveau cap pour le pays.

Ils ont condamné l’immobilisme de l’actuelle majorité présidentielle teinté d’annonces de réformes alibi ou toujours repoussées. 

Un immobilisme qu’ils ne peuvent plus accepter compte tenu de la gravité de la situation.

La crise qui affecte notre pays n’en finit plus de sévir.

La croissance est atone, certains analystes allant même jusqu’à se demander si elle pourra repartir compte-tenu de l’érosion du potentiel productif français et de l’absence de confiance.

Alors que le Gouvernement avait annoncé l’inversion de la courbe du chômage pour la fin 2013, le nombre de demandeurs d’emploi ne cesse d’augmenter, la barre des 3 millions de chômeurs et 10% de la population active étant aujourd’hui franchie.

Simultanément, la puissance publique semble avoir perdu toute marge de manœuvre. Face au déficit public, le Gouvernement a démissionné. Le déficit de l’Etat est reporté d’un budget à l’autre sans aucun correctif au-delà de la mauvaise technique du rabot. Nos partenaires européens ne nous considèrent plus crédibles.

En plébiscitant massivement de nouvelles majorités pour les communes, puis en faisant basculer le Sénat, c’est leur inquiétude et leur colère que les électeurs ont exprimées.

Mais ils ont aussi manifesté leur conviction qu’une autre politique est possible.

Une politique qui ait le courage de s’attaquer aux réformes structurelles dont notre pays a urgemment besoin.

Autrement dit, une politique qui ait le courage de réformer notre fiscalité pour améliorer les marges de nos entreprises et faire gagner notre économie en compétitivité.

Parce que, ce n’est un secret pour personne, la croissance ne repartira pas sans un allègement substantiel des charges pesant sur la production. Et sans croissance, point d’emploi ni de redistribution.

Mais ce que les Français attendent, c’est aussi une politique qui s’attaque fermement aux déficits et à la dette, politique sans laquelle la confiance ne pourra être restaurée.

Enfin, ils souhaitent des dirigeants capables de prendre leurs responsabilités vis-à-vis d’une administration incapable de réformer ses politiques publiques ; des responsables qui aient le courage de rénover les conditions d’emploi dans les fonctions publiques.

Dans le contexte institutionnel actuel, le Sénat est à même d’exprimer ces idées et de porter un tel projet. Peut-être même est-il le seul.

En faisant basculer la majorité sénatoriale, les Français n’ont pas simplement joué la carte de l’alternance. Ils ont fait le choix d’une majorité où les centristes ont un poids et une position incontournables.

Ils ont entériné l’échec du bipartisme que la classe politique dominante tente de leur imposer depuis plus de 10 ans.

Ils en ont appelé à une famille politique qui n’est pas usée par le pouvoir.

Une famille politique porteuse de principes et de valeurs qui s’incarnent dans des idées fortes.

Celle du choc de compétitivité et de simplification bien sûr.

Mais aussi celle de la pérennisation et de l’approfondissement de la décentralisation, alors même que cette dernière est menacée par l’accroissement ininterrompu des contraintes des collectivités, par des charges non compensées dont l’impact est alourdi par la baisse concomitante des dotations.

Les valeurs qui sont les nôtres, ce sont aussi celles de la politique familiale, l’une des rares réussites françaises incontestables, qui ne cesse d’être détricotée par la majorité présidentielle.

Enfin, le groupe UDI-UC croit à la nécessité d’approfondir la construction européenne. Parce que, dans un monde ouvert et reconfiguré autour de grands blocs régionaux, dire que notre pays peut maintenir son rang seul relève du populisme. Aujourd’hui, on ne peut plus faire sans l’Europe. Une Europe qui doit résolument évoluer vers une intégration renforcée dans les domaines où l’union fait la force. Constat qui n’est pas une tristesse mais un appel renforcé à construire la « bonne » Europe.

C’est pour ces valeurs et ces idées que le groupe UDI-UC entend peser de tout son poids dans le Sénat renouvelé.

 

taille des textes :
Espace Presse
Accès réservé
Votre avis
SITES AMIS

Sénat :
http://www.senat.fr

Assemblée nationale :
http://assemblee-nationale.fr

Le site officiel de l'UDI

http://www.parti-udi.fr/

Voir les sites >>

BLOGS AMIS

Consulter les blogs des sénateurs du groupe UDI-UC

Voir les blogs >>